Marie-Dominique Loignon

Après sa formation universitaire en rédaction et communications à l’Université de Sherbrooke, Marie-Dominique Loignon débute sa carrière au sein du gouvernement fédéral au ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, où elle occupe plusieurs postes dont celui de Gestionnaire des relations avec les médias et porte-parole nationale ainsi que de Spécialiste des relations intergouvernementales. Au cours de cette période, elle joue un rôle clé sur le plan des communications dans plusieurs dossiers importants, dont la crise des pêches à la suite de l’Arrêt Marshall, la création du territoire du Nunavut et l’entente historique avec le peuple des Nisga’as.

En 2001, elle accepte le poste de Gestionnaire des communications pour les changements climatiques à Environnement Canada. À ce titre, elle coordonne les communications nationales et internationales et participe aux négociations entourant le Protocole de Kyoto lors de la Conférence des parties de Marrakesh. C’est à ce moment qu’elle se découvre un vif intérêt pour les questions internationales et qu’elle se joint à l’Agence canadienne de développement international (ACDI). Au cours de son mandat à l’ACDI, elle participe, à titre de Directrice des communications adjointe, aux préparatifs pour divers événements internationaux dont le G-8, les rencontres de l’Organisation mondiale du commerce (l’OMC), le Forum urbain mondial et le Sommet du microcrédit. Elle coordonne également, en 2006, les activités de la Semaine nationale du développement qui donne lieu à plus d’une centaine d’événements au Canada.

Tout au long de sa carrière, Marie Dominique Loignon accumule les distinctions et reçoit plusieurs prix d’excellence de la fonction publique.

En 2007 elle fait la rencontre de Daniel Germain et est emballée par son projet du Sommet du millénaire de Montréal, qui touche plusieurs de ses intérêts: le développement international, l’engagement public et la gestion de projets d’envergure. Il voit en elle la personne idéale pour l’aider à mettre en œuvre sa vision. En juin, elle devient la première directrice générale de l’organisation.